L’Agriculture

L’Agriculture
La principale activité de la région est l’agriculture et, de façon prédominante, la culture des fruits. Cela commence, à partir d’Avril, avec les fraises, qui inondent les étals des marchés locaux, suivent les cerises puis les abricots, les pêches et les melons, tous cultivés localement,
viennent ensuite les figues, les coings, les jojobas, les amandes, les kiwis, les pommes et les poires.
Les légumes aussi poussent en abondance. La saison démarre en Mars par les asperges (les blanches et les vertes), vendues, à des prix raisonnables, directement à la ferme ou sur les marchés. Arrivent les courgettes, les aubergines, les tomates (dont la grosse Cœur de Bœuf et la non moins grosse Russe) et les haricots blancs. Mollans possède d’ailleurs une A.O.C. pour sa propre variété, appelée « le Coco de Mollans ».
Et la vigne ? Elle est là, partout ! Et Mollans se trouve ainsi au cœur de la région de l’A.O.C. des Côtes du Rhône. Le spectacle d’un coteau couvert de vignes est parfois rehaussé par la couleur des rosiers, plantés en bordure des rangées de ceps. Leur fonction est de donner un signal précoce de la survenue du mildiou. S’il est dans les parages, il attaquera les rosiers avant le raisin et cela évitera la nécessité d’examiner constamment l’ensemble du vignoble.
La région est aussi le principal producteur de truffes en France : la truffe noire, bien sûr, mais encore la truffe d’été, blanche celle-là, dénigrée par certains mais fort appréciée ici.
Quant à la lavande, elle est omniprésente. Les champs, dans la campagne environnante, sont un véritable enchantement pour les yeux en Juillet et jusque mi-Août. Deux types de lavande sont cultivés : « le lavandin », la plus odorante mais la moins prisée et la « lavande officinale 
ou lavande vraie ou lavande fine » dont les fleurs gardent leur couleur bleue quand elles sont sèches. Cette dernière ne pousse qu’au dessus de 350/400m. On peut la voir, à profusion, sur les collines, derrière Mollans. La lavande est vendue sur les marchés locaux sous la forme de bouquets séchés, de petits sacs de fleurs séchées. Elle entre aussi dans la composition de savons, d’huile essentielle et dans la préparation d’essence pour la cuisine.
Enfin, le territoire autour de Mollans est l’endroit le plus septentrional de l’Europe où l’olivier
prospère, en particulier la variété rustique appelée « tanche ».Elle donne un fruit noir et fripé qui peut aussi bien être consommé tel quel que transformé en huile  Cette huile a obtenu la première A.O.C. accordée à une huile d’olive (huile d’olive de Nyons). Les oliveraies de Mollans appartiennent à cette A.O.C. Les propriétaires apportent les olives qui n’ont pas été gardées pour la consommation au moulin du village. 4 à 5 kg d’olives sont nécessaires pour fournir un litre d’huile. Autre possibilité, les olives peuvent être broyées pour faire de la tapenade. Ce qui reste est utilisé pour la fabrication de savons ou d’huile pour les lampes.

This post is also available in: Anglais